Spinoza in China | 17 novembre 2011 | 11 janvier 2015

 
 
 
Je ne sais pas très bien comment je vais vous raconter la suite. C’est aujourd’hui ma dernière journée à Shanghai et je vais à la gare centrale pour acheter un billet de train. Direction Beijing. Retour. Retour à Beijing. Vince Parker ne comprend pas que j’aie pu traverser la moitié de la planète, que je sois ici, en Chine, pendant un mois, et que je n’ai pas envie de voir autre chose que Beijing et Shanghai. Ce n’est pas que je n’ai pas envie Monsieur Parker. C’est que je ne peux pas. Je ne peux aller ailleurs. Avec ma race qui flippe, et tel qu’elle flippe aujourd’hui, je ne peux pas. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Et aussi parce que je ne crois pas aux dépassements soudains et violents. Je n’en veux pas. Ce qui va lentement me convient. En tout cas c’est comme ça que je fais. C’est comme ça que je peux faire, alors, c’est comme ça que je fais. Comme n’importe qui, j’imagine.
 
 
 
Vivre. Ce que je suis capable de vivre. Au moment. Où je suis capable de le vivre. Pas plus. Pas moins.
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié en raison de sa conception de dieu incompatible avec certains aspects d’un pouvoir exercé par des êtres humains à l’encontre d’autres êtres humains,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié pour avoir pensé dieu c’est-à-dire la nature,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié pour avoir mis en lumière un pouvoir exercé par des êtres humains à l’encontre d’autres êtres humains au nom d’une certaine conception de dieu,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié en raison de la mise en lumière d’une incohérence logique et rationnelle et de la relation qu’elle entretient avec la volonté d’un exercice de pouvoir,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié en raison de la mise en lumière de la création d’un dieu par des êtres humains prétendant ah mais non pas du tout c’est dieu le créateur,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié en raison de la mise en lumière de la création d’un dieu par des êtres humains pour servir leur volonté d’exercice de pouvoir à l’encontre d’autres êtres humains,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié en raison de quelque remise en cause d’un gouvernement des êtres humains par les êtres humains au nom d’une incohérence logique et rationnelle travestie en dieu,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié en raison de ses attaques répétées contre toute organisation humaine de l’irrationnel ayant pour objet le gouvernement d’autres êtres humains,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza est excommunié pour avoir défendu la possibilité de compréhension d’une incohérence logique et rationnelle mise en place par des êtres humains afin qu’ils puissent gouverner d’autres êtres humains,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza reçoit un coup de couteau en sortant du théâtre pour avoir mis en lumière le fait que des êtres humains se travestissent en enfants de dieu dans le seul but d’organiser pouvoir et soumission sans rien dire ni rien assumer de l’entourloupe,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza reçoit un coup de couteau en sortant du théâtre pour avoir mis en lumière le fait que des êtres humains font parler un dieu comme on fait avec une marionnette font-font-font ainsi font les petites marionnettes provoquant le rire ou la peur et l’excitation conséquente et l’organisation et le gouvernement de tout ça et tout,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza reçoit un coup de couteau en sortant du théâtre pour avoir mis en lumière le fait que des êtres humains parlent à d’autres êtres humains comme une marionnette frappant une autre marionnette provoque alternativement dans le cœur de tous les spectateurs : la peur, le rire, l’excitation, le soulagement,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza reçoit un coup de couteau en sortant du théâtre pour avoir mis en lumière la production d’une incohérence logique et rationnelle ayant pour seul dieu une marionnette,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • baruch spinoza reçoit un coup de couteau en sortant du théâtre il pense dieu c’est-à-dire la nature,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • je termine la lecture du livre de irvin david yalom intitulé le problème spinoza dans lequel il est question alternativement du philosophe baruch spinoza en 1656, 1658, 1662, 1666, et du théoricien du parti national socialiste des travailleurs allemands alfred rosenberg en 1910, 1917, 1918, 1919, 1922, 1923, 1925, 1936, 1939, 1945,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • l’histoire ne se répète pas, ok,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 11h32 • le sentiment historique est un sentiment, ok,
 
 
 
À 17h00. Dans le quartier de Chang’an Lu. Ernesto photographie la façade d’un ancien club – Crazy Horse club – muré. Tout autour, des immeubles, des buildings, des gratte-ciel, et leurs fenêtres éclairées, dans la nuit. Petites lumières. En contrebas, de l’autre côté d’un pont où foncent à grande vitesse voitures et camions et mobylettes, Ernesto photographie l’un des derniers espaces de ruines dans le centre-ville de Shanghai. Vieilles maisons insalubres détruites. Trois ou quatre encore debout. Petites lumières. Ernesto photographie.
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 16h34 • je ne connais pas la législation en vigueur mais les deux carrés musulmans séparés des carrés catholiques dans le cimetière de la bouteillerie, à nantes, ça me fait mal,
 
 
 
À 18h00. Carrefour sur Nanjing Lu. Une boutique Cartier fait face à une boutique Apple. Piétonnes et piétons attendent sur les trottoirs que les feux passent au vert. Automobilistes attendent derrière les volants de leurs voitures que les feux passent au vert. Les costumes. Les têtes baissées sur les téléphones portables. Les jeans. Les baskets. Les tablettes numériques. Les feux qui passent au vert et la masse de la foule en flux qui occupent l’espace de la rue. Les comptes à rebours, affichés, égrainent le temps qu’il reste aux piétonnes et piétons pour traverser. Les comptes à rebours, affichés, égrainent le temps qu’il reste aux automobilistes avant de pouvoir redémarrer. L’attente. Le temps qu’il reste. Un homme au milieu du carrefour règle la circulation des flux de piétonnes, piétons, voitures, il fait signe aux automobilistes d’attendre encore un peu. Il est immobile, au milieu du trafic des voitures qui maintenant a repris. Il porte un petit gilet jaune de sécurité, avec des lignes horizontales fluorescentes, et, dans le dos, le mot police écrit en lettres capitales. En façade de la boutique Cartier, le nom de la marque clignote, pailleté. Pour le magasin Apple, pas besoin d’écrire le nom de la marque. L’image de la pomme suffit.
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • à proximité d’un poste de radio, dans la cuisine de la petite maison d’amour, avec un mur rouge et trois murs blancs, j’écoute la voix d’une journaliste,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • une journaliste dit qu’ils partent en syrie et qu’ils reviennent,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’entends comme un regret dans la voix de la journaliste, si au moins ils ne revenaient pas,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’entends si au moins ce départ était définitif, si au moins ils restaient là-bas,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • une journaliste parle de la syrie, pour qualifier le pays elle emploie l’adjectif moyenâgeux,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • je pense à l’invention de l’écriture cunéiforme, en basse mésopotamie il y a environ cinq mille ans,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • si au moins ils allaient au moyen âge et restaient au moyen âge, entre moyenâgeux, mais non, ils reviennent, ils en reviennent, ils nous ramènent le moyen âge dans nos sociétés éclairées de progrès avancé,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix de la journaliste se muter en voix de bande-annonce pour l’émission éclairée du soir, je suis éclairée super éclairée, je suis charlie, je suis je suis je suis je suis,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix mutante annoncer l’émission produite et réalisée en hommage à toutes les victimes éclairées,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix mutante annoncer la soirée organisée par la radio de la france et par la france des télévisions et par le ministère de la culture et de la communication du gouvernement de la république française,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix mutante prononcer un à un les noms de toutes celles et tous ceux qui vont participer à la soirée je suis éclairé je suis éclairée je suis une lumière,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix mutante prononcer les noms des artistes du show-business et de la politique et de la société des lumières qui vont participer à la soirée de la france éclairée,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix mutante annoncer des témoignages et de l’humour corrosif et des caricatures et de la musique live pour que vive la liberté d’expression éclairée,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix mutante annoncer alain souchon et catherine ringer et grand corps malade et patrick bruel et natalie dessay et michel legrand et benjamin biolay et camille et julien clerc et hubert-félix thiéfaine et tryo et jeanne cherhal et juliette et françois morel et christophe alévêque et guillaume meurice et charline vanhoenacker et alex vizorek et daniel morin et atiq rahimi et régis debray et annick cojean et daniel cohn-bendit et romain goupil et lilian thuram et joann sfar et louison et olivier ranson et loïc sécheresse et pénélope bagieu et françois boucq et fred bernard et alfred et mathieu sapin et thibaut soulcié et laurent léger et gérard biard et la participation des musiciens de l’orchestre national de la france et de l’orchestre philharmonique de la radio de la france et du chœur de la radio de la france,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • j’écoute la voix mutante annoncer que la somme collectée sur la vente des billets achetés par celles et ceux qui assisteront à la soirée sera reversée à l’association presse et pluralisme au profit de charlie hebdo,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • la voix mutante dit voilà c’était pour vous donner envie,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • la voix mutante dit voilà c’était pour vous faire saliver, en attendant 21h00,
 
 
 
•11 janvier 2015 •18h53 •la voix mutante redevient voix de journaliste et dit la france tout entière s’est bien mobilisée,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • la france tout entière a bien chanté aux armes citoyens, formez vos bataillons, marchons, marchons, qu’un sang impur abreuve nos sillons, avec des applaudissements, avec des minutes de silence, avec énormément d’émotion, la france a vécu une journée mémorable,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • la france a vécu peut-être la plus grande manifestation depuis la dite libération de la france en 1944,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • je me souviens de la journée du 9 novembre 2009,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • je me souviens que le 9 novembre 2009, la radio de la france pendant vingt-quatre heures a diffusé un programme unique, pour fêter les vingt ans de la dite liberté, consécutive à la dite chute, du mur de berlin,
 
 
 
• 11 janvier 2015 • 18h53 • je me souviens du programme unique sur toutes les radios de la radio de la france, pendant vingt-quatre heures, pour fêter vingt ans de liberté, dite liberté,
 
 
 
Et. Tandis que Caroline Parker est en train d’expliquer à Ernesto combien la révolution culturelle a détruit tout un pan de la culture traditionnelle chinoise, en faisant un parallèle avec la révolution française, notant bien que la révolution française n’avait détruit ni le château de Versailles ni celui de Chambord que nous allâmes visiter lors de notre dernier séjour in Frankreich, ce vieux pays de racines que nous aimons tant haïr, pour les fêtes de Noël, de Pâques, et aussi quand c’est possible en février à Courchevel ou Val Thorens. Là. Ernesto pense à la poupée de sa mama. Il pense à la vieille poupée de sa mama, habillée d’une robe en tissu jaune poussin – la poupée, pas sa mama – avec des liserés dorés, aussi, qui doivent être tout effilochés, aujourd’hui, probable. C’était la poupée d’enfance de la mama d’Ernesto. Ernesto se souvient que sa mama lui avait offert cette poupée, oui, pour le Noël de l’année 69, quelques jours après que son patron – le patron de sa mama, du moins le patron de la Caisse autonome nationale de compensation de l’assurance-vieillesse artisanale pour laquelle travaillait alors sa mama – lui eut annoncé une augmentation salariale, conséquente, pour le travail qu’elle effectuait au sein de cet organisme. Ernesto pense à la poupée de sa mama. Il se souvient qu’elle s’appelait Caroline. La poupée.
 
 
 
• 11 janvier 2015 • quant aux misères et aux violences sociales, quant aux misères et aux violences historiques, quant aux misères et aux violences sexuelles,
 
 
 
quant aux misères et aux violences sociales, quant aux misères et aux violences amoureuses, quant aux misères et aux violences ontologiques, quant aux misères et aux violences n’importe lesquelles,
 
 
 
quant à la séparation des vivants d’avec les vivants qu’instaurent misères et violences,
 
 
 
tranquille, inquiet, en colère, profondément calme, je sirote un petit verre de la grappa offerte l’été dernier par olivier et perrine,
 
 
 
avec liberté organisée en spectacle unifiant, diffusé en direct et en simultané, actuellement, à 21h15, sur france 2, culturebox, tv5 monde, france inter, france bleu, france culture,
 
 
 
avec somme collectée sur la vente des billets et part d’audience en cours de calcul,
 
 
 
avec baruch et virginia qui dorment paisiblement, l’un sur une chaise en paille, l’une sur un matelas replié,
 
 
 
avec dans une ancienne usine, à montreuil, dans les espaces des anciens ateliers devenus vastes appartements, angela, dzeta, laurent, micha et lysis, dégustant un bortsch qu’ils ont préparé ce matin, et sur lequel ils ont veillé,
 
 
 
toute la journée,
 
 
 
 
 
 
 

… jour suivant →


 
 
 
 
 
 
 
couverture_Spinoza in China_pour impression
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publicités
Tagué
%d blogueurs aiment cette page :