Spinoza in China | 10 novembre 2011

 
 
 
Et. À 17h32. Ernesto est déguisé en professeur de quarante- trois ans et quatre mois, avec une cravate vert fluo, donc, pas trop serrée autour du cou. Il entre dans la classe de terminale économie, philosophie, anthropologie et insertion sociale de Vince Parker. C’est-à-dire qu’Ernesto se retrouve devant un parterre de jeunes adolescents français, tous âgés de dix-sept ans et un mois, et quelques siècles, tous et toutes filles et fils des directeurs et directrices de Danone Chine, Michelin Chine, Total Asie, Sanofi et Dior Pacifique, etc.
 
 
 
Ernesto prend la parole.
 
 
 
Bien. Bonjour. Bonjour à tous. On va bientôt commencer. Vous pouvez détruire vos téléphones portables pendant que je me présente. Je me présente. Je m’appelle Ernesto. En ce moment, je suis émancipateur en formation. Attention. À ne pas confondre avec formateur en émancipation. Émancipateur en formation peut signifier un paquet de machins, que je traduirais volontiers par une phrase, une seule : je crois à l’être non fini. Bon. Comme on a dû vous le dire, je suis venu ici pour prononcer une conférence dont le titre est Pile ou face, avec port de cravate obligatoire. Je vois que vous avez tous une cravate. C’est super. Je commence la conférence.
 
 
 
• 10 novembre 2011 • ce jour-là → est visible sur le visage d’ernesto → le visage de david jones → directeur général du groupe publicitaire français havas → il dit → alors qu’est annoncée la création d’une nouvelle entité dans la communication santé en chine en partenariat avec l’agence locale medmed → = → havas → + → medmed → = → havas → dispose dans la communication santé d’un réseau mondial s’appuyant sur havas worldwide health → + → euro rscg life → + → health 4 brands → = → ce réseau gère la communication d’une trentaine de marques mondiales telles que sanofi → + → pfizer → + → novartis → par ailleurs → medmed → dispose d’une expertise de pointe dans le marketing événementiel → + → la publicité → + → la promotion des marques dans diverses publications → + → son portefeuille comprend des acteurs majeurs du secteur → = → sanofi → + → pfizer → + → bayer → il dit → la chine représente l’une des plus grandes populations vieillissantes du monde → = → constitue un marché immense pour le secteur de la santé → + → cette alliance → vise à développer ultérieurement les opérations de havas en asie pacifique → après l’acquisition de l’agence australienne host → + → après l’acquisition de l’agence porda → leader en relations publiques financières basée à hong kong → + → après l’ouverture → il y a deux mois → à shanghai → d’un nouveau bureau de arnold worldwide → agence de publicité → dont le siège social se situe à boston → dans le massachusetts → agence ayant pour clients → progressive insurance → + → jack daniel → + → centurylink → + → new balance → + → titleist → + → ocean spray → + → carnival cruise lines → + → hershey → + → la chine → représentant l’une des plus grandes populations vieillissantes du monde.
 
 
 
Je voulais commencer la conférence en vous disant ceci : ici, ce n’est pas chez moi. Ce n’est pas chez moi de différentes manières, et pour différentes raisons, à commencer par celle-ci : ce n’est pas chez moi, ici, d’abord, car un ici qui me propose comme seule alternative : consomme chéri mon bibi ou crève ma louloutte, je ne m’y sens pas super détendu, voire un petit peu en danger. En danger, oui, de mort. Et quand je dis ici, je ne parle pas spécifiquement de Shanghai. Même si pour m’être baladé ce matin dans le quartier de Chang’an Lu, j’ai l’intuition que ce n’est pas dans cette ville que je vais commencer à me détendre. Je me sens bien plus à l’aise, pour vous dire, à Beijing. Dans les hutongs de Beijing, partout, à Beijing. Comme un Ptigars de Beijing. Partout. Comme un Pti brother du peuple de Beijing.
 
 
 
À ce moment-là. Un élève au fond de la salle lève la main et pose la question suivante : quand vous dites peuple, monsieur, voulez-vous dire les pauvres ?
 
 
 
Ernesto regarde tour à tour l’élève qui vient de poser la question, et Vince Parker, en train de caresser le revers du col de sa chemise. Ernesto se dit que Vince Parker est vraiment très fort dans le rôle du gros connard.
 
 
 
• 10 novembre 2011 • ce jour-là → est visible sur le visage d’ernesto → le visage de gabriel nadeau-dubois → porte-parole de l’association pour une solidarité syndicale étudiante → + → le visage de sarah tchoryk → étudiante en géographie → ils sont présents parmi les 20.000 à 30.000 étudiants manifestant dans les rues de montréal → ils dénoncent la hausse des frais de scolarité universitaire → ils s’opposent à la décision du gouvernement charest d’augmenter les droits de scolarité de 1.625 dollars sur cinq ans → c’est-à-dire → ils s’opposent à une augmentation d’environ 300 dollars chaque année → ils envahissent la place émilie gamelin → ils entament une marche jusque devant les bureaux du premier ministre charest sur l’avenue mcgill college → ils ne lâcheront pas prise → d’autres gestes seront posés si le gouvernement charest ne revient pas sur sa décision → ils parlent de grève générale → illimitée → durant l’hiver.
 
 
 
Bien. Ok. Je crois que je vais modifier un tout petit peu le plan de ma conférence. Et répondre au mieux que je peux à votre question, qui active en moi au moins trois sentiments complémentaires – complémentaires, et, soit dit en passant, pas complètement apaisés. 1. L’arrogance. 2. L’humiliation. 3. L’humilité.
 
 
 
Alors. Pour commencer. Je vais vous parler de quelque chose qui est en cours à Beijing, et qui est quasiment achevé, ici, à Shanghai. J’imagine que vous êtes au courant, mais je vais traduire les faits à ma manière, et avec l’aide de ces deux mots que vous avez eu la bonne idée de vouloir associer. Peuple. Et. Pauvres. J’aimerais vous parler. De l’expulsion. Du peuple. Du cœur de la ville de Beijing. L’expulsion du peuple. Ou. L’expulsion du peupeuple. C’est-à-dire. L’expulsion de l’ensemble de celles et de ceux qui peupeuplent. En tant que peupeupler, je le définis ainsi – c’est comme ça, ce sera comme ça et pas autrement – je définis peupeupler par la possibilité de faire circuler la parole et l’intelligence en tant que parole et intelligence sont de notre bien commun à tous. Dès lors, quand je dirai peupeuple, ou, quand je dirai peupeu, je parlerai de celles et ceux qui font circuler parole et intelligence en tant que parole et intelligence sont de notre bien commun à tous. Point barre. Et. Quand je dirai : les pauvres. Ou. Quand je dirai : les paupaux. Je parlerai de celles et ceux qui font circuler davantage objets marchands et argent que parole et intelligence. Voilà. C’est fait. J’ai parlé des paupaux. C’est fait. J’ai parlé du peupeu. Et je vous ai répondu, je crois. C’est tout.
 
 
 
Si vous le souhaitez, on peut faire une petite pause. J’ai un sachet plein de carambars dans mon sac à dos.
 
 
 
• 10 novembre 2011 • ce jour-là → est visible sur le visage d’ernesto → le visage de jean-yves grall → directeur général de la santé → signant pour sa mise en œuvre l’instruction de la direction générale de la santé dgs-mc1-ri2-2011-417 relative aux recommandations pour émettre les avis médicaux concernant les étrangers malades atteints de pathologies graves → date d’application → immédiate → classement thématique → protection sanitaire validée par le conseil national de pilotage le 4 novembre 2011 → visa du conseil national de pilotage → 2011-276 → catégorie → mesures d’organisation des services retenues par le ministre pour la mise en œuvre des dispositions dont il s’agit → résumé → recommandations pour l’organisation des services dans le respect du secret médical pour l’application des articles l.313-11 11° → + → l.511-4 10° → + → l.521-3 5° → + → l.523-4 → modifiés par les article 26 → + → 40 → + → 70 → de la loi n°2011-672 du 16 juin 2011 relative à l’immigration → + → à l’intégration → + → à la nationalité → textes de référence → articles l.313-11 11°→ + → l.511-4 10° → + → l.521-3 5° → + → l.523-4 → + → r.313-22 → du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → arrêté du 9 novembre 2011 relatif aux conditions d’établissement → + → de transmission → des avis rendus par les agences régionales de santé en application de l’article r.313-22 du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → en vue de la délivrance d’un titre de séjour pour raison de santé → diffusion → directeurs généraux des agences régionales de santé → l’article 26 → de la loi n° 2011-672 du 16 juin 2011 relative à l’immigration → + → à l’intégration → + → à la nationalité → a modifié l’article l.313-11 11° du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → relatif à la délivrance d’une carte de séjour « vie privée et familiale » à l’étranger gravement malade → l’article 40 → + → l’article 70 → de cette loi → ont quant à eux modifié les dispositions relatives à la protection de certaines catégories d’étrangers → dont les étrangers malades atteints de pathologies graves sous certaines conditions → contre les mesures d’obligation de quitter le territoire français → ou → de reconduite à la frontière → voir l’article l.511-4 10° du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → voir l’article l.521-3 5° du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → le décret n° 2011-1049 du 6 septembre 2011 modifiant l’article r.313-22 du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → + → l’arrêté du 9 novembre 2011 relatif aux conditions d’établissement et de transmission des avis rendus par les agences régionales de santé → constituent les dispositions réglementaires encadrant ce dispositif → ces modifications → nécessitent d’actualiser les recommandations à prendre en considération au sein de vos services pour traiter les dossiers concernant des étrangers malades → de manière à en assurer une instruction rapide → + → harmonisée → + → équitable → sur l’ensemble du territoire → nature de l’évolution législative → les éléments soulignés ci-après sont les éléments nouveaux introduits par la loi n° 2011-672 du 16 juin 2011 → article l.313-11 → sauf si sa présence constitue une menace pour l’ordre public → la carte de séjour temporaire portant la mention « vie privée et familiale » est délivrée de plein droit à l’étranger résidant habituellement en france dont l’état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait entraîner pour lui des conséquences d’une exceptionnelle gravité → sous réserve de l’absence d’un traitement approprié dans le pays dont il est originaire → sauf circonstance humanitaire exceptionnelle appréciée par l’autorité administrative → après avis du directeur général de l’agence régionale de santé → sans que la condition prévue à l’article l.311-7 soit exigée → la décision de délivrer la carte de séjour est prise par l’autorité administrative après avis du médecin de l’agence régionale de santé de la région de résidence de l’intéressé désigné par le directeur général de l’agence → ou → à paris → du médecin chef du service médical de la préfecture de police → le médecin de l’agence régionale de santé → ou → à paris → le chef du service médical de la préfecture de police → peut convoquer le demandeur pour une consultation médicale devant une commission médicale régionale dont la composition est fixée par décret en conseil d’état → article l. 511-4 10° → ne peut faire l’objet d’une obligation de quitter le territoire français ou d’une mesure de reconduite à la frontière en application du présent chapitre → l’étranger résidant habituellement en france dont l’état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait entraîner pour lui des conséquences d’une exceptionnelle gravité → sous réserve de l’absence d’un traitement approprié dans le pays de renvoi → sauf circonstance humanitaire exceptionnelle appréciée par l’autorité administrative après avis du directeur général de l’agence régionale de santé → article l.521-3 5° → ne peut faire l’objet d’une mesure d’expulsion qu’en cas de comportements de nature à porter atteinte aux intérêts fondamentaux de l’état → ou → liés à des activités à caractère terroriste → ou → constituant des actes de provocation explicite et délibérée à la discrimination → à la haine → ou → à la violence contre une personne déterminée → ou → un groupe de personnes → l’étranger résidant habituellement en france dont l’état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait entraîner pour lui des conséquences d’une exceptionnelle gravité → sous réserve de l’absence d’un traitement approprié dans le pays de renvoi → sauf circonstance humanitaire exceptionnelle appréciée par l’autorité administrative après avis du directeur général de l’agence régionale de santé → principes inchangés → les principes généraux posés par la loi n°98-349 du 11 mai 1998 relative à l’entrée → + → au séjour → des étrangers en france → + → au droit d’asile → demeurent valables → notamment → permettre à l’étranger malade atteint d’une ou de plusieurs pathologies graves de bénéficier de plein droit d’une carte de séjour temporaire en france si un retour au pays d’origine peut entraîner pour lui des conséquences d’une exceptionnelle gravité → assurer l’instruction du dossier en garantissant le respect du secret médical → la présente instruction a pour objet de vous rappeler les principes essentiels relatifs notamment à la préservation du secret médical → + → au rôle du médecin agréé ou du médecin praticien hospitalier ainsi que du médecin → + → du directeur général de l’agence régionale de la santé → dans le traitement des dossiers concernant les étrangers atteints d’une ou de plusieurs pathologies graves → + → de préciser les éléments d’appréciation des situations en termes de santé publique → dispositions nouvelles → modifications législatives → les dispositions nouvelles introduites par la loi n°2011-672 du 16 juin 2011 → modifiant l’article l.313-11 11° du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → sont les suivantes → l’absence d’un traitement approprié dans le pays dont l’étranger malade est originaire → en référence à l’intention du législateur exprimée dans le cadre des travaux préparatoires à l’adoption de la loi du 16 juin 2011 → affirmant son souci de préserver l’esprit de la loi de 1998 → l’absence d’un traitement approprié est à interpréter de la manière suivante → celle-ci est avérée lorsque les ressources sanitaires du pays d’origine ne permettront pas au demandeur → en cas de retour dans ce pays → d’y être soigné sans risque de conséquences d’une exceptionnelle gravité sur sa santé → les éléments à prendre en considération sont les suivants → le traitement s’entend comme l’ensemble des moyens mis en œuvre pour guérir ou prendre en charge une maladie ou des symptômes → les traitements médicamenteux → + →les soins techniques → + →les examens de suivi → + → les examens de bilan → le traitement approprié doit être apprécié en fonction de la situation clinique de l’étranger malade → le stade de la pathologie → les complications → la comorbidité → le traitement approprié dépend de l’existence d’une offre de soins dans le pays d’origine comprenant les structures → + → les équipements → + → les médicaments → + → les dispositifs médicaux → ainsi que les personnels compétents nécessaires pour assurer la prise en charge de l’affection en cause → si le médecin agréé → ou → le médecin praticien hospitalier → dispose d’informations sur ces éléments → il peut les fournir au médecin de l’agence régionale de santé avec son rapport médical afin d’éclairer l’avis rendu par ce dernier → je vous rappelle → qu’il est à considérer que dans l’ensemble des pays en développement il n’est pas encore possible de dire que les personnes séropositives peuvent avoir accès aux traitements antirétroviraux ni à la prise en charge médicale nécessaire pour les porteurs d’une infection par le virus de l’immunodéficience humaine → voir la circulaire de la direction générale de la santé sd6a-2005-443 du 30 septembre 2005 actualisée par la circulaire de la direction générale de la santé ri2-383 du 23 octobre 2007 → la circonstance humanitaire exceptionnelle → l’article l.313-11 11° modifié du code de l’entrée → + → du séjour → des étrangers → + → du droit d’asile → précise que le préfet peut prendre en considération après avis du directeur général de l’agence régionale de la santé des circonstances humanitaires exceptionnelles susceptibles de le conduire à accorder le droit au séjour même si la condition d’absence du traitement dans le pays d’origine n’est pas remplie → le directeur général de l’agence régionale de la santé peut être éclairé sur ce point par des éléments fournis par le médecin de l’agence régionale de la santé → parallèlement à l’avis que ce dernier transmet au préfet → les modalités de mise en œuvre de la notion de circonstance humanitaire exceptionnelle seront précisées dans une circulaire ultérieure → code de déontologie médicale → article 47 → quelles que soient les circonstances → la continuité des soins aux malades doit être assurée → article 95 → le fait pour un médecin d’être lié dans son exercice professionnel par un contrat → ou → un statut → à → une administration → une collectivité → ou → tout autre organisme public → ou → privé → n’enlève rien à ses devoirs professionnels → en particulier à ses obligations concernant le secret professionnel → + → l’indépendance de ses décisions → en aucune circonstance → le médecin ne peut accepter de limitation à son indépendance dans son exercice médical de la part de l’entreprise → ou → de l’organisme qui l’emploie → il doit toujours agir → en priorité → dans l’intérêt de la santé publique → + → dans l’intérêt des personnes → + → de leur sécurité → au sein des entreprises → ou → des collectivités où il exerce.
 
 
 
17h43. Reprise.
 
 
 
Pour continuer, je vais maintenant vous parler des blancs-becs. Des blancs-becs, et des colons. Blancs-becs et colons en tant que blancs-becs et colons sont d’autres mots pour nommer les paupaux, dans l’acception de paupaux telle que je viens de vous la proposer.
 
 
 
Et. Que les choses ici soient bien claires. Cette conférence, comme n’importe quelle conférence que je peux être amené à donner dans le cadre de mon cursus d’émancipateur en formation, je la vis en tant que production d’un autoportrait, exposé, sous vos yeux. Autoportrait d’un être non fini, en cours de formation. Et. Je peux vous dire. Je peux vous dire que je suis pour partie une extraction de colons blancs-becs. Et. Mon cœur vibre à fond pour le peupeu de Beijing.
 
 
 
C’est-à-dire ?
 
 
 
C’est-à-dire que je joue le cœur encore vivant du peupeu de Beijing contre le cœur mort des paupaux de Shanghai. À première vue, je joue perdant. Mais en fait, non. Je mise tout sur l’éternité. 🙂
 
 
 
Et. Si je mise encore contre– cœur vivant contre cœur mort – c’est qu’avec mon émancipation, en cours de formation, j’accueille comme je peux, et j’expose comme je peux, ce qu’il m’est impossible de vivre autrement que comme un combat – éternel ?
 
 
 
Le combat des filles et fils du peupeu contre les filles et fils des paupaux et colons et blancs-becs de tous continents confondus.
 
 
 
Et. Ou. Car. Ou. Et. Si les colons du jour ne sont plus les colons d’hier les colons sont toujours. Et. Ou. Car. Si. Les colons d’hier sont en passe de devenir les esclaves du jour et refusent d’y croire, là n’est pas la donnée majeure. Que les colons d’hier aient quelque peine à admettre qu’ils ont joui tant et tant d’être les maîtres et maîtresses d’hier, là n’est pas la donnée majeure. Que les colons d’hier aient quelque peine à admettre qu’ils auraient tant voulu continuer de jouir en restant maîtres et maîtresses du jeu d’hier, là n’est pas la donnée majeure.
 
 
 
La donnée majeure ?
 
 
 
Faites tourner les carambars.
 
 
 
On jouit d’être maître ou maîtresse, un jour. On ne jouit que d’être maître ou maîtresse du jour et celles et ceux d’hier ne le sont plus = on ne jouit que de jouir et maîtres et maîtresses du jour et d’hier sont paupaux de l’éternité.
 
 
 
Carambars. Collent aux dents.
 
 
 
Jouissance. Ne dure qu’un temps.
 
 
 
La joie. Est du côté du peupeu.
 
 
 
Fraises Tagada ?
 
 
 
Bon.
 
 
 
Ça.
 
 
 
C’était pour la donnée majeure.
 
 
 
• 10 novembre 2011 • ce jour-là → est visible sur le visage d’ernesto → le visage de romeo castellucci → tandis que dans le centre de rennes → deux cents catholiques intégristes se réunissent place de bretagne à environ un kilomètre du théâtre national de bretagne → + → tandis que leurs rangs grossissent pour atteindre plusieurs centaines de personnes → + → tandis qu’environ cent cinquante contre-manifestants se rassemblent à proximité du théâtre → + → tandis que les rues sont bloquées par d’importantes forces de l’ordre → + → tandis que les journalistes présents éprouvent les plus grandes difficultés à faire leur travail en raison des interdictions de circuler qui leur sont signifiées par les autorités → + → tandis que l’accès au théâtre est très sévèrement filtré → + → tandis que des représentants des forces de l’ordre → dont des membres d’une société privée → sont présents à l’intérieur du théâtre → + → tandis que tout spectateur doit remettre son manteau → + → son sac à main → + → son téléphone portable → afin d’être autorisé à pénétrer dans la salle de deux cent cinquante places où doit se dérouler le spectacle →sur le concept du visage du fils de dieu.
 
 
 
Pour les données mineures, et avant de nous retrouver pour un cocktail, dehors, à base de vodka et de pétales de roses tagada, je voudrais juste vous proposer un dernier moment, plus ou moins relatif aux trois sentiments activés par votre question, jeune homme.
 
 
 
Je vous rappelle que les trois sentiments sont – par ordre alphabétique – l’arrogance, l’humiliation, l’humilité.
 
 
 
Pour ce dernier moment, je vais vous proposer un numéro de jonglage. Car non content d’être un conférencier à cravate vert fluo, plus ou moins émancipé, je suis également un circassien tout à fait amateur, c’est-à-dire : aimant le cirque. Et. En tant que circassien amateur, je pratique le jonglage. J’ai même une spécialité dans le jonglage. Je jongle avec des œufs. Et je vais maintenant jongler pour vous avec une douzaine d’œufs.
 
 
 
J’ai inscrit une phrase sur chacun de ces œufs. Je lirai chaque phrase à voix haute avant de jeter l’œuf en l’air, juste avant l’entrée de l’œuf dans la jonglerie. Allez. J’y vais.
 
 
 
Si l’humilité est à même de palpiter du côté de quelque richesse de peupeu. Œuf 1 : lancé.
 
 
 
Si l’humiliation est vécue en conséquence de quelque arrogance de paupau. Œuf 2 : lancé. Œuf 1 et œuf 2 : virevoltent.
 
 
 
Si l’humiliation est vécue en conséquence de quelque volonté d’un peu plus de poupou. Œuf 3 : lancé. Œuf 1, œuf 2 et œuf 3 : virevoltent.
 
 
 
Si poupou n’est rien d’autre que volonté de se venger de quelque arrogance de paupau. Œuf 4 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3 et œuf 4 : virevoltent.
 
 
 
Si poupou n’est rien d’autre que volonté de se venger de quelque humiliation faite à peupeu. Œuf 5 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4 et œuf 5 : virevoltent.
 
 
 
Je suis quant à moi en tant que corps d’affirmation en cours de formation. Œuf 6 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4, œuf 5 et œuf 6 : virevoltent.
 
 
 
Je suis quant à moi fils de paupau et de peupeu. Œuf 7 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4, œuf 5, œuf 6 et œuf 7 : virevoltent. Je ne crains pas de jouer avec les racines des arbres. Œuf 8 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4, œuf 5, œuf 6, œuf 7 et œuf 8 : virevoltent.
 
 
 
Je ne crains pas de jouer avec les racines de paupau et de peupeu. Œuf 9 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4, œuf 5, œuf 6, œuf 7, œuf 8 et œuf 9 : virevoltent.
 
 
 
Je ne crains pas de jouer avec la richesse de paupau et de peupeu. Œuf 10 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4, œuf 5, œuf 6, œuf 7, œuf 8, œuf 9 et œuf 10 : virevoltent.
 
 
 
Je ne crains pas de jouer avec Ripaupau et Ripeupeu. Œuf 11 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4, œuf 5, œuf 6, œuf 7, œuf 8, œuf 9, œuf 10 et œuf 11 : virevoltent.
 
 
 
Je ne crains pas de jouer avec Rikiki. Œuf 12 : lancé. Œuf 1, œuf 2, œuf 3, œuf 4, œuf 5, œuf 6, œuf 7, œuf 8, œuf 9, œuf 10, œuf 11 et œuf 12 : virevoltent.
 
 
 Et. Tandis qu’Ernesto est en train de jongler avec sa douzaine d’œufs. Une élève lève la main et demande : c’est qui, monsieur,
 
 
 
Rikiki ?
 
 
 Ernesto regarde Vince Parker. Il arrête de jongler. Il laisse un à un les œufs s’écraser au sol. Ce sont des œufs durs. On va pouvoir les manger tout à l’heure. En accompagnement du cocktail vodka et pétales de roses tagada.
 
 
 
Rikiki ?
 
 
 
Rikiki, c’est le surnom de mon cousin Ki, alors qu’il mange des abricots bien mûrs, un jour d’été, en 69, tout en me disant que Riki est une des racines du mot richesse, elle signifie puissance. Allez. Open bar.
 
 
 
• 10 novembre 2011 • ce jour-là → est visible sur le visage d’ernesto → le visage de oh kil-nam → réfugié politique nord-coréen en exil au danemark depuis 1986 → il est sans nouvelles depuis 1991 de sa femme et de ses deux filles toutes les deux détenues dans le camp de yodok.
 
 
 
À 22h47. Caroline Parker, Ernesto et Vince Parker, marchent dans les rues du quartier de l’ancienne concession française de Shanghai.
 
 
 
— L’intelligence est attention et recherche avant d’être combinaison d’idées.
 
 
 
— Je recommencerai toujours le monde avec l’idée d’un ennemi derrière moi.
 
 
 
— Qu’est-ce que c’est, dégueulasse ?
 
 
 
À demain.
 
 
 

… jour suivant →


 
 
 
 
 
 
 
couverture_Spinoza in China_pour impression
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Publicités
Tagué
%d blogueurs aiment cette page :