Ernesto 16 novembre 1989

 
 
 
→ Clermont-Ferrand → Ramõn Ramõn fête ses 52 ans avec toute sa petite famille → il est 20h07 → Ramõn Ramõn entrouvre les mâchoires avec l’intention d’avaler sa première bouchée de friands faisandés à l’anguille de mer → Ramõn Ramõn → lorgne de son œil droit sur les seins de sa Josefa Josefa adorée → et → de son œil gauche → salive sur son gâteau d’anniversaire → Ramõn → Ramõn → à 20h08 → délaisse du regard les seins de Josefa → délaisse du regard son gâteau → et → plonge alors ses yeux droit dans les yeux d’Ernesto → son fils → et lui dit Ernesto → mon enfant → j’ai aujourd’hui 52 ans → j’ai aujourd’hui une femme → un fils → toi → un appartement → une voiture et un vélo avec lequel tous les jours je me rends à l’usine depuis le 31 mai 1960 → aujourd’hui → figure-toi → figure-toi qu’aujourd’hui le patron de l’usine m’a convoqué → big boss → dans son bureau → aujourd’hui → 16 novembre 1989 → Edouard → Edouard Michelin → Edouard Michelin himself m’a convoqué → et → droit dans les yeux → m’a dit → toi → Ramõn Ramõn → aujourd’hui → aujourd’hui 16 novembre 1989 → sache → sache que ce qui a chuté à Berlin il y a une semaine → signe ta défaite → et nourrit ma gloire → là → moi → Ramõn → Ramõn → né le 16 novembre 1937 à Chantelle dans le département de l’Allier en France → moi → ayant quitté le village, les vignes, les champs et tutti quanti et débarquant le 16 juillet 1958 à Bône, en Algérie → moi → Ramõn → Ramõn → de retour en France deux ans plus tard → direct à la ville → direct à l’usine → Michelin → caoutchouc → pneumatique → élastique → moi → Ramõn Ramõn → droit dans les yeux → aujourd’hui → ce matin → 16 novembre 1989 → droit dans les yeux d’Édouard Michelin → je lui dis → fuck → you →
 
Ramõn Ramõn → pensées intérieures → tu sais que le pain est une nourriture de base produite par une association farine + eau + sel + chaleur → tu sais que le pain est une nourriture de base qui peut nourrir n’importe quel être humain → tu penses qu’en raison de l’association farine + eau + sel + chaleur + n’importe quel être humain → tu penses qu’il est nécessaire de prendre soin de cet espèce d’objet ou de corps matériel qu’est le pain à l’instar de n’importe quel objet ou corps matériel qui nourrit → dieu est mort n’est-ce pas ? → c’est ce qu’on dit → enlève tes coudes de la table → je plaisante → Ramõn → Ramõn → alors parle à voix haute → tout doucement, mais à voix haute → tout doucement à l’oreille de son fils Ernesto → j’aimerais te dire quelque chose → écoute-moi → s’il te plaît → il ne te sera peut-être pas souvent donné l’occasion d’entendre ce que je vais te dire → attention → est-ce que tu es prêt ? → voilà → je suis ton père → c’est tout →
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités
Tagué
%d blogueurs aiment cette page :